La France et l’UE seront de plus en plus débordées par l’immigration si elles ne changent pas l’aide au développement de l’Afrique subsaharienne

L’explosion démographique africaine génère de la pauvreté et un exil croissant vers l’UE. Mais derrière le rêve européen, la France et d’autres pays de l’UE, déplorent une croissance atone ainsi qu’un manque d’emplois et de logements pour accueillir les migrants. Aussi est-il temps de remplacer un modèle d’aide au développement (APD) de l’Afrique subsaharienne qui échoue depuis 60 ans.

Une politique migratoire prétendument humaniste qui déracine, précarise et tue  

De nombreuses ONG et institutions subventionnées ainsi que des personnalités politiques qui militent pour une immigration inconditionnelle, entretiennent le leurre d’une France riche et prospère, capable d’accueillir tous les migrants et de leur offrir logement, travail, aides sociales et vie confortable.

On peut penser qu’ils sont-ils aussi coupables que les passeurs qui procurent ensuite des embarcations mortelles ou que ceux qui précipitent les plus fragiles vers des réseaux criminels, la prostitution, la drogue et la mort. Il est permis de douter que les familles qui envoient leurs jeunes vers l’UE, sachent que ceux-ci seront souvent instrumentalisés par des ONG et erreront entre tentes des froids trottoirs parisiens et hébergements d’urgence submergés avant de sombrer dans le crack et la délinquance.

La diaspora et de nombreux entrepreneurs veulent développer l’Afrique   

Prôner l’immigration en tant que seul avenir possible pour les jeunes africains en excluant ainsi des perspectives et une capacité africaine à développer le continent, relève de la condescendance voire d’une forme de racisme. Le dessein de priver l’Afrique de forces vives et de créer du sous-prolétariat dans l’UE, apparait tout aussi cynique. La diaspora et de nombreux entrepreneurs ambitieux veulent développer l’Afrique. Il faut agir en amont de l’exil de populations en leur fournissant outils et moyens adéquats. Selon l’étude « Les français et l’aide au développement en Afrique subsaharienne » réalisée par l’institut OpinionWay pour le « Programme pour l’industrialisation de l’Afrique subsaharienne », « 60 % des français estiment qu’il faut remplacer l’aide publique au développement de l’Afrique subsaharienne par un programme d’industrialisation davantage financé par des capitaux privés ». 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

L’UE mène une politique hasardeuse

La politique européenne en faveur d’une immigration de travail n’a pas ensuite capacité à réguler le volume des flux d’immigration légale ou clandestine. Ainsi, plusieurs dizaines de milliers de malheureux ont déjà péri dans la méditerranée ou dans le désert du Sahara mais ceux qui franchissent ces obstacles ne bénéficient pas pour autant de l’accueil à bras ouverts que l’UE leur avaient fait espérer. L’entretien d’un rêve européen encourage une immigration exponentielle. Le nombre de migrants illégaux en provenance d’Afrique de l’ouest a augmenté de 541 % au cours de 2 premiers mois de 2024. Avec 90 % de l’extrême pauvreté mondiale concentrée en Afrique subsaharienne prévue en 2030 parmi une population qui comptera 2 milliards d’habitants en 2050, on comprendra que plusieurs dizaines de millions d’africains voudront chaque année s’exiler dans les pays les plus socialement protecteurs.  

Mais la France que les migrants découvrent à leur arrivée, compte déjà 400 000 sans-abris, 4 millions de mal logés, 2.5 millions de demandeurs de logements sociaux, d’innombrables squats et campements sauvages etc. Au rythme des nouveaux arrivants et de la pénurie, les loyers flambent et un simple accident de la vie peut maintenant obliger des femmes, enfants et hommes parfois malades, âgés ou handicapés à dormir dans la rue et souvent succomber au froid et à la maladie. 300/500 000 migrants arrivent en France chaque année mais les systèmes de protection sociale s’affaiblissent. Les fragiles économies européennes surendettées ne peuvent intégrer qu’une faible part des exilés.

La France n’est plus le géant économique des 30 glorieuses, créateur de millions d’emplois industriels

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Dans la France désindustrialisée, le déficit commercial augmente constamment. La croissance est atone et la dette atteint maintenant 3200 Mrds d’euros. Le chiffre du chômage et de son halo, des radiés et non-inscrits ou non indemnisés, NEET, allocataires du RSA etc., dépasse 10 millions. Le montant de prestations sociales en hausse constante, avoisine 800 milliards d’euros. Avec environ 1/3 du PIB et 50 % de la dépense publique, la France est le pays européen qui consacre le plus aux dépenses sociales mais des services publics sont sous l’eau. Aujourd’hui, les services sociaux accueillent souvent la 3eme génération d’allocataires au sein de familles d’origine française ou étrangère qui ont d’abord bénéficié du RMI entré en vigueur en 1988. Au lieu de reconsidérer des règles de libre-échange qui accéléraient les délocalisations, Mitterrand et son gouvernement avaient fait le choix de la désindustrialisation et de l’assistanat. La création des Restos du cœurs en 1985 symbolise une résignation à la paupérisation.

Structure démographique, chômage et inactivité, le coût sera intenable pour la France   

Nul ne peut nier le bénéfice de l’immigration pendant les 30 glorieuses. Chaque poste industriel engendrait ensuite plusieurs autres emplois indirects et induits. Mais l’économie maintenant basée sur la consommation et les services souvent payés avec des aides sociales, crée peu d’emplois pérennes et rémunérateurs. Avec des secteurs primaire et secondaire qui reculent en France depuis 40 ans et un emploi tertiaire grignoté par l’IA, le nombre d’inactifs ne pourra qu’augmenter fortement. Selon l’observatoire des inégalités, les migrants africains ont un « risque près de deux fois plus élevé d’être sans emploi que les personnes sans histoire migratoire ». Il est donc certain qu’une forte part de ceux-ci grossira les rangs des 10 millions de demandeurs d’emplois ou plus largement, des inactifs de toutes origines qui travailleront peu ou jamais. L’augmentation du nombre d’individus à la charge de l’Etat serait constamment supérieure à 100 000/an soit 1 million de plus par décennie ou 5 en un ½ siècle.

On sait, en fonction du statut familial, âge, état de santé etc., qu’un inactif, français ou étranger, allocataire de minimas sociaux et bénéficiaire des services publics, peut coûter à la collectivité en fourchette basse, 12/20 000 € par an et en fourchette haute, s’il est délinquant emprisonné, hospitalisé, drogué, en affection de longue durée (ALD), interné en psychiatrie, mineur seul (MIE, MNA) etc., la facture annuelle pour le contribuable, peut atteindre ou dépasser 30/50 000 €. Lorsque l’inactivité est permanente tout au long d’une existence, le coût pour la collectivité peut excéder 1.5/2.5 millions d’euros. Consommateurs de services publics et bénéficiaires de la solidarité, les inactifs ne génèrent pas ou ne s’acquittent pas non plus ou peu, d’une part fiscale et de cotisations sociales que l’on peut situer à plus d’un million d’euros par travailleur à l’échelle d’une vie.

Chaque nouveau million d’inactifs pourrait coûter ou aggraver les déficits publics de 2 500 à 3 000 milliards d’euros sur 7/8 décennies. Aucun pays ne pourrait survivre à un tel bouleversement et les systèmes de protection sociale voleraient en éclats. L’extrême pauvreté croissante impacterait durement les populations dont de récentes générations issues de l’immigration qui seraient parmi les plus exposées. De même, l’appauvrissement de cette diaspora impacterait aussi le transfert de plusieurs dizaines de milliards d’euros chaque année vers l’Afrique et mettrait ainsi des millions de familles africaines en péril.     

Seule une forte industrialisation de l’Afrique subsaharienne permettra de réduire un exil massif  

L’absence de développement industriel n’est pas due à un manque de capitaux. Il convient plutôt de pointer l’inefficience d’une méthode en silo et d’un manque de volonté.  Avec un budget de 16.9 Mrds d’euros en 2023 qui devrait passer à 21.4 Mrds en 2025 (source Sénat) dont une part importante consacrée à l’Afrique, la France est le 4eme donateur mondial d’aide publique au développement. Le montant total d’APD mondiale versée à l’Afrique subsaharienne avoisine 30 Mrds de dollars par an.

Aussi un programme pour l’industrialisation de l’Afrique subsaharienne en moins de 20 ans  structuré et doté d’un fonds d’investissement de 1 000 Mrds sur 2 décennies, abondé par des capitaux surtout privés mais aussi publics internationaux, pourrait réussir là où la politique mondiale d’APD échoue depuis 60 ans. Le fonds pourrait rémunérer des capitaux publics aujourd’hui versés sans retour par l’État français et l’Union européenne au titre de l’aide publique au développement.

Consultant et entrepreneur, Francis Journot est le fondateur du programme pour l’industrialisation de l’Afrique subsaharienne ou Africa Atlantic Axis. Il est aussi l’initiateur du projet International Convention for a Global Minimum Wage.